Skip to Content

Le format GPX pour l'échange de données GPS


Le format GPX, format de mise en forme des données GPS basé sur XML, est en train de devenir un format standard pour échanger les données entre récepteurs GPS, SIG et autres applications de webmapping interactives.
Quelques explications sur les besoins auxquels il répond (besoins pratiques des utilisateurs, interopérabilité entre différents formats constructeurs, etc.)


Le format GPX a pour ambition d'aider les utilisateurs de GPS à partager plus facilement les données extraites de leurs appareils avec d'autres utilisateurs, en évitant que les formats de fichiers propres aux appareils y fassent obstacle. Ce format, (basé sur XML, comme c'est le cas pour KML et GML), à la fois bien standardisé et lisible, est en passe de devenir un standard.

Notions sur le format GPX

 
Un petit rappel sur XML
 
Il faut tout d'abord rappeler que XML (mis pour eXtended Mark-up Language) est un langage de balisage, qui a pour fonction de dissocier le fond (nature des données), de la forme (par exemple, leur apparence ou leur rendu graphique dans un navigateur). Il s'écrit de façon simple, (un bloc-note suffit) :
 
<personne>
<name>Mic</name>
<job>cafetier</job>
<address>Maubeuge</address>
</personne>
 
Les différentes balises correspondent au schéma XML défini, en quelque sorte la structure de la base de données. Pour s'assurer qu'il n'y a pas d'erreurs sur la mise en forme du schéma et des balises lorsque l'on intègre des fichiers, on utilise un validateur XML (comme le "parseur" XML Xerces).
 
Un exemple de waypoint au format GPX
 
Maintenant pour ce qui concerne le format GPX proprement dit, la logique est la même que ci-dessus. Voici par exemple un waypoint correctement mis en forme :
 
<wptlat="45.903222"lon="-2.788990">
  <name>Chez Mic</name>
  </wpt>
 
Il peut y avoir une variété de champs supplémentaires en fonction des données dont vous disposez : l'altitude du waypoint, l'étiquette date/heure, le type, la symbologie souhaitée pour ce type d'entité, etc.

Il existe bien entendu des schémas similaires adaptés pour les données de type route ou tracks.
 
L'en-tête de fichier GPX
 
En outre chaque fichier GPX comprend un rappel du schéma utilisé en en-tête, voici un en-tête type, donné en exemple sur le site officiel du format GPX (www.topografix.com) :
 
<?xml version="1.0"?>
<gpx
 version="1.0"
 creator="ExpertGPS 1.1 - http://www.topografix.com"
 xmlns:xsi="http://www.w3.org/2001/XMLSchema-instance"
 xmlns="http://www.topografix.com/GPX/1/0"
 xsi:schemaLocation="http://www.topografix.com/GPX/1/0 http://www.topografix.com/GPX/1/0/gpx.xsd">
<time>2002-02-27T17:18:33Z</time>
<bounds minlat="42.401051" minlon="-71.126602" maxlat="42.468655" maxlon="-71.102973"/>
 
Bien sûr, le plus souvent, il n'est pas nécessaire de saisir les waypoints soi-même, ni de créer cet en-tête de fichiers, seulement de convertir les données acquises à l'aide du propre récepteur GPS au format GPX afin de pouvoir les mettre à disposition ou les visualiser sous différentes applications.
 

Convertir et utiliser ses données au format GPX

 
Se familiariser avec les conversions vers GPX grâce à GPSVisualizer
 
Pour un petit test ponctuel et parce que le site vaut le détour, on peut utiliser avec bonheur l'interface web de GPSVisualizer pour convertir ses données au format GPX, les afficher sous une interface cartographique ou encore géocoder quelques adresses utiles. Ce service internet est pour l'instant gratuit (ce qui n'empêche pas de le soutenir à l'occasion), il est très pratique et hautement disponible (même pour y passer de petits fichiers à convertir).
 
Aller plus loin avec GPSBabel
 
Un utilitaire est lui aussi en passe de devenir un outil indispensable pour tout utilisateur de récepteur GPS : il s'agit du convertisseur multi-format GPSBabel. Comme son nom l'évoque, il assure la traduction d'une multitude de formats propriétaires ou universels...
Son utilisation habituelle se fait par l'intermédiaire du shell (sous *nix) ou de l'invite de commande MS-DOS (sous Windows). Cependant, pour ceux que cette austérité rebuterait, il existe des interfaces graphiques très confortables (et traduites en plusieurs langues) pour faciliter le maniement du module d'import et d'export de fichiers GPS.
Lisez attentivement la documentation du logiciel pour savoir en quel format sont encodées les données de votre récepteur, car il existe de multiples formats chez chaque constructeur. Procédez ensuite à l'écriture du fichier GPX sous forme de waypoints, de routes ou de tracks.
Vous pouvez ensuite mettre à disposition le fichier sur des sites dédiés (sites de randonnée par exemple) ou l'intégrer sur un SIG. GoogleEarthPlus (la même application que GoogleEarth mais faisant l'objet d'un paiement pour le téléchargement) propose des fonctionnalités supplémentaires aux utilisateurs de GPS pour leur permettre d'intégrer ces fichiers XML dans l'interface cartographique.

 


Site officiel : Le format GPX 1.1
Site officiel : GPSBabel
Site officiel : GPSVisualizer

Commentaires

mapsource

mapsource dernière version refuse de lire les gpx 1.1
avec wordpad il faut remplacer les 1.1 par 1.0 et les 1/1 par des 1/0 avec la fonction remplacer ensuite sauvegarder et Mapsource est content !!!!

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.